Alain Payette, CHA

514-232-4978

[email protected]

3,89% pour 10 ans

Écrit le 2014/08/14 par Alain Payette

Plusieurs acheteurs souhaitent sécuriser leur taux pour longtemps

Plusieurs banques proposent des hypothèques au terme de 10 ans à un taux d’intérêt de moins de 4 %. Les experts consultés assurent que c’est une bonne idée dans la situation économique actuelle.

« Nous recevons un grand nombre d’appels de clients qui veulent en savoir plus », dit Xavier Footman, spécialiste hypothécaire à la Banque de Montréal.

Depuis deux semaines, cette banque offre un terme de 10 ans à un taux de 4,49 %. De leur côté, des courtiers hypothécaires proposent un terme de 10 ans à 3,89 %, comparativement à 3,29 % pour un terme de cinq ans. Chez Desjardins, le taux affiché pour 10 ans était de 6,75 %.

« Avec la crainte de voir les taux monter d’ici quelques mois, l’option est intéressante », estime Marie-Hélène Legault, professeure d’économie mobilière à l’Université du Québec à Montréal.

Parce que cette fois-ci, on ne va pas s’en tirer, les taux vont monter, assure l’économiste. La Banque du Canada a annoncé cette semaine son intention de hausser son taux directeur en 2012, ce qui devrait avoir un impact sur les taux d’intérêt des hypothèques. Mais pour l’instant, les taux d’intérêt demeurent bas. « C’est pour cela que plusieurs envisagent de sécuriser leur taux pour longtemps », dit Charles Tanguay, de l’Union des consommateurs.

Mais est-ce que la mensualité un peu plus élevée d’un terme de 10?ans sera plus profitable que la faible mensualité d’un terme de 5?ans ? Difficile à prévoir. Là-dessus, même les experts sont incapables de dire si la hausse de taux sera de 0,5 % ou de 2 % d’ici un an.

« Absolument personne n’aurait pu prévoir que les taux demeureraient aussi bas pendant si longtemps. Dans l’histoire, c’est du jamais vu », dit Mme Legault.

« Le plus important demeure de vérifier la pénalité en cas de résiliation, surtout pour les emprunts à long terme », conseille Jean-François Vinet, d’Option consommateurs.

Prenons le cas d’un couple qui se sépare et vend la maison deux ans après la signature d’un terme de 10?ans. Dans l’intervalle, les taux ont descendu de 1 %.

À la Banque de Montréal, on ne considère que les cinq premières années. On ne va donc imposer une pénalité que sur les 36 mois non payés, soit 4 500 $. Chez Desjardins, on nous a dit qu’on considère l’ensemble du terme. Ainsi, on pourrait imposer une pénalité sur les 96?mois restants, soit 12 000 $.

« Les règles peuvent changer, mais plus le terme arrive à échéance, moins la pénalité est élevée », précise Marie-Hélène Legault.

Négocier

Qu’il s’agisse du taux d’intérêt ou des pénalités, il faut s’informer et magasiner.

« Il faut surtout négocier. Dans un grand nombre de cas, vous pouvez faire baisser le taux d’intérêt de plus de 1 % », dit Charles Tanguay.

Même chose pour les pénalités. Les banques peuvent être accommodantes. Avant de signer, il suffit de demander des précisions et de négocier au besoin.

Source :

Stéphan Dussault

Publié le: dimanche 22 avril 2012, 18H05

Mise à jour: dimanche 22 avril 2012, 18H00

http://www.journaldemontreal.com/2012/04/22/389-pour-10-ans